Statistiques sur l'e-commerce en 2014

Rares sont les personnes qui n'ont pas découvert l'e-commerce en achetant des produits en ligne. Ce type de commerce est très en vogue, surtout en Allemagne et au Royaume-Uni, les acheteurs français se situant en 3e position derrière les consommateurs allemands ou britanniques.


Les premiers mois de l'année 2014 ont confirmé la position du Royaume-Uni en tant de leader du commerce en ligne en Europe. En effet, il est prévu que les ventes en ligne dans ce pays atteindront 53 milliards d'euros cette année, ce qui représente une croissance légèrement inférieure à 16 % par rapport à l'année dernière.

En Allemagne, le commerce en ligne devrait réaliser en 2014 un chiffre d'affaires de 42 milliards d'euros en croissance de plus de 20 % par rapport à 2013. Enfin, il est prévu que les consommateurs français accroîtront cette année leurs achats sur Internet de 17 % par rapport à l'an dernier, le chiffre d'affaires prévu pour ce secteur s'élevant à 31 milliards d'euros en France.

Toutefois, les ventes sur Internet en Europe sont nettement inférieures à celles qui sont réalisées aux États-Unis. En effet, les Américains ont dépensé en moyenne 1149 € sur Internet en 2013 alors que les Européens n'ont dépensé qu'un peu plus la moitié de ce montant.

Il est toutefois agréable de constater que le commerce en ligne est un secteur qui conserve son dynamisme malgré un contexte économique très difficile. L'Europe est en train de combler son retard par rapport aux États-Unis, mais les ventes sur Internet se concentrent surtout en Allemagne, en France et au Royaume-Uni alors que les pays du Sud de l'Europe sont à la traîne. En effet, on assiste au développement de sites e-commerce qui surfent sur la demande de marchés de niche comme la mode grande taille avec l'exemple du site français Castaluna qui propose des chaussures grande taille et des vêtements grande taille, mais aussi André qui s'est spécialisé dans la vente de chaussures originales, des boots pour femme aux compensées et sandales.

Ainsi en Italie, les acheteurs sur Internet ne représentent qu'un cinquième de la population. Toutefois, il se peut que la progression des ventes de smartphones donne un coup de fouet aux ventes sur Internet dans ces pays.

Par rapport aux achats dans les magasins, le commerce en ligne connaîtra cette année en Europe une croissance presque 12 fois plus forte que celle des boutiques traditionnelles qui marquent le pas. En effet, le commerce en ligne permet à l'acheteur de gagner du temps en faisant ses achats sans se déplacer. Les enseignes traditionnelles ont investit massivement le commerce électronique comme La Halle qui vend désormais des vêtements pour femme et des vêtements pour homme, concurremment à ses boutiques physiques.

En outre, l'offre de produits sur Internet a progressé, car 20 000 nouveaux sites d'e-commerce ont été créés en 2013, année au cours de laquelle le chiffre d'affaires le plus élevé a été constaté au cours de soldes d'hiver et d'été ainsi qu'à l'approche des fêtes de fin d'année.

En 2014, on s'attend à une forte croissance des ventes en ligne concernant les accessoires pour voiture, les produits cosmétiques et les denrées alimentaires. D'autre part plusieurs enseignes de commerce traditionnels ont vu leur activité e-commerce croître cette année, comme la marque Chevignon qui offre des blousons en cuir pour homme ainsi que des blousons de toutes matières ou Caroll, marque également issue du groupe Vivarte, dont les robes chic et les tuniques pour femme s'écoulent de mieux en mieux. 

En ce qui concerne l'e-commerce en B2B, le développement des ventes est moins visible et de fait moins important qu'en B2C mais leur croissance est tout aussi importante. Des sites comme Bridor, qui est un fournisseur de pâtisseries, ne proposent pour l'instant qu'un site vitrine pour leurs produits comme le pain ou les pâtisseries surgelées. Il leur faut donc entamer un virage vers l'e-commerce pour profiter de son essor.

Enfin, les entreprises de commerce en ligne cherchent surtout à fidéliser leurs clients en développant des prestations d'écoute et de conseil en vue d'apporter une meilleure réponse aux attentes des consommateurs.