Statistiques sur les investissements publicitaires online 2012

La 9ème édition de l'Observatoire de l'e-pub, comme ses précédentes est une enquête menée à la demande du SRI (Syndicat des Régies Internet), l’UDECAM (Union des Entreprises de Conseil et d’Achat Medias). Voici un aperçu des investissements réels dans les différents leviers..

Les chiffres

Globalement, l'e-pub a enregistré une croissance en termes de chiffre d'affaires en France en atteignant 2,7 milliards d'euros. Un résultat qui est toutefois moins satisfaisant par rapport à 2011 durant laquelle la progression représentait 11 %. Les liens sponsorisés ou « Search » ont été les plus sollicités par les annonceurs représentant 42 % de l'e-pub français. Son CA de 1141 millions d'euros représente 7 % de plus en 2012 par rapport à l'année précédente.

La publicité par le graphique ou « Display » est le deuxième canal de communication utilisé avec 649 millions d'euros de CA net, soit 5 % de progression par rapport aux 14 % de 2011. Les pub vidéos sont les plus rentables avec une croissance de 50 %, suivies par les plateformes sociales qui ont enregistré 35 % de progression. Les achats issus des Ad Exchanges étaient également de plus en plus prisés en atteignant 7 % de tous les investissements dans cette catégorie.

Les autres procédés ont eux aussi augmenté de chiffre d'affaires notamment les affiliations et l'e-mailing qui ont généré respectivement 217 millions d'euros et 95 millions d'euros. Enfin, le CA des comparateurs de prix a progressé de 7 % avec 140 millions d'euros et les publicités sur mobile avec une croissance de 30 % ont généré 48 millions d'euros de CA. Avec 1,8 % des investissements en e-pub, l'audience pour ces dernières représente 50 % de toutes les audiences en ligne. Un secteur grandissant alors compte tenu des avancées technologiques qui ne cessent de se multiplier sur les mobiles.

Bilan 2012

Les résultats de l'enquête de Capgemini Consulting révèlent que c'est surtout l'investissement sur mobile qui est le plus négligé alors qu'il propose le plus fort potentiel. Cela se confirme par le fait que 99 % des français possèdent un téléphone portable et l'utilisent tous les jours. La France n'a enregistré que 30 % de croissance pour ce secteur contre les 84 % de l'Allemagne et surtout les 180 % du marché américain.

Pour tout l'ensemble, c'est le deuxième semestre qui a vu le plus grand ralentissement de croissance avec seulement +5 % contre les 6 % du premier semestre. Les élections présidentielles et la situation économique sont selon eux les principales raisons de ce blocage. Néanmoins, la progression existe et tous les secteurs ont connu un dynamisme satisfaisant surtout les réseaux sociaux. En effet, les annonceurs s'intéressent davantage sur ce type de canal un peu particulier qui concentre le plus d'internautes parmi toute la communauté du web.

Les nouvelles pratiques proposées par les propriétaires de ces plateformes et le nombre croissant des abonnés ont contribué à obtenir les 35 % de croissance de ce secteur. Ad Exchanges, réseaux sociaux, communication sur mobile, seront alors les principaux leviers de croissance attendus par les annonceurs pour cette année 2013. Les progressions par secteur pourrait bien faire rebondir le marché malgré la presque stagnation lors du deuxième semestre 2012.